Les articles sponsorisés sont-ils un bon moyen de rentabiliser un blog ?

Les articles sponsorisés sont-ils un bon moyen de rentabiliser un blog ?

Popularisés sur le web depuis plusieurs années grâce à la montée en puissance des blogs, les articles sponsorisés se sont imposés dans l’arsenal des blogueurs comme une opportunité supplémentaire de monétisation.

Mais que valent réellement les articles sponsorisés ? Sont-ils vraiment intéressants pour les blogueurs ? Et quid des rémunérations et des résultats à en attendre ? Éléments de réponse avec cet article.

Les articles sponsorisés : une forme de monétisation pour les blogs

Un article sponsorisé – également appelé billet sponsorisé – est un article rédigé par un blogueur, à la demande spécifique d’un annonceur, sur un produit, un service ou une marque. Généralement, il s’agit d’une marque ou d’un produit proche de la thématique du blog.

Les sites peuvent être également concernés par les billets sponsorisés. Bien que, de part leur nature, les blogs restent le terrain d’expression favoris pour des opérations publicitaires telles que des articles sponsorisés.

Plusieurs régies publicitaires – Ebuzzing, BlogBang, Buzzea, etc. – se sont développées autour de ce concept des billets sponsorisés afin de mettre en relation annonceurs et blogueurs intéressés et d’encadrer leur rapport et la publication de ces articles.

Un billet sponsorisé se distingue d’un article publi-rédactionnel – très utilisé dans la presse traditionnelle – par le fait que le publi-rédactionnel est conçu et écrit directement par la marque. Alors que dans le cadre d’un article sponsorisé, c’est le blogueur qui se charge de la rédaction de l’article.

Généralement, un billet sponsorisé contient également des liens – « backlinks » – vers le site de l’annonceur afin d’améliorer le référencement de ce dernier.

Rappelons qu’une mention doit être clairement être indiqué comme telle dans les articles sponsorisés.

Gardez le contrôle de votre ligne éditorial

Théoriquement, l’auteur d’un article sponsorisé est totalement libre d’écrire ce qu’il souhaite sur le produit ou le service sur lequel la marque lui a demandé d’intervenir.

Dans la pratique, c’est différent. Et certaines régies publicitaires spécialisées demandent au blogueur de faire valider, avant publication, son article auprès de l’annonceur qui pourra demander de faire réécrire des passages.

Si l’on peut comprendre cette pratique afin d’éviter de voir publier des billets comprenant des erreurs manifestes, elle va néanmoins à l’encontre de la liberté éditoriale du blogueur et du concept même de l’article sponsorisé.

Il est vrai que les annonceurs verront forcément d’un mauvais oeil un billet sponsorisé qui soit résolument négatif sur leur produit ou leur service. Et le blogueur peut aussi parfois faire preuve d’auto-censure afin de conserver de bonnes relations avec la marque.

Néanmoins, il est indispensable pour conserver votre crédibilité en tant que blogueur au yeux de vos lecteurs de garder un vrai contrôle des billets sponsorisés que vous publiez, de leur contenu et de leur fréquence !

Faites attention à ce que vous acceptez !

Vous devez fixer une ligne éditoriale strict sur la question des articles sponsorisés. Il en va de votre crédibilité de blogueur. Gardez bien en tête que des lecteurs qui respectent votre expertise et votre légitimité vaudront toujours plus, sur le long terme, que quelques dizaines d’euros gagnés pour un billet sponsorisé peu approprié !

N’acceptez de propositions que pour des services ou des produits dont auriez pu parler ou conseiller même sans être rémunéré pour cela. N’acceptez pas des billets sponsorisés qui soient trop éloignés de votre thématique principale.

Sachez garder un oeil objectif et dire réellement ce que vous pensez du produit. (Ce qui ne posera pas de problème, puisque vous n’acceptez de propositions que pour des produits ou de services d’excellente facture.)

De plus, ne surchargez pas votre blog de billets sponsorisés. Conservez une juste mesure. Pas plus d’un article sponsorisé pour 15 ou 20 articles « traditionnels ». Et pas plus de 2 ou 3 par mois.

A noter qu’il y a certains secteurs dans lesquels cette limite peut être plus haute. Mais les articles sponsorisés doivent être d’excellente qualité – comparable à un article « traditionnel » – et présenter un produit, un service ou une opération qui intéressera réellement vos visiteurs.

Quel est le « juste prix » d’un billet sponsorisé ?

C’est une question que l’on entend souvent parmi les blogueurs : Comment définir le prix d’un article sponsorisé ? Quel tarif demandé lorsqu’une marque vous contacte pour rédiger un billet sponsorisé ? Comment savoir si le prix proposé est trop bas ? Quels sont les critères pour déterminer la juste rémunération à attendre de cette opération publicitaire ?

Difficile de donner la formule exacte. Les régies publicitaires spécialisées dans les articles sponsorisés utilisent souvent différentes variables (trafic, pagerank, nombre de liens dans l’article, « influence », etc.) afin de définir le prix à proposer pour un article sponsorisé.

Mais il est très difficile de mesurer précisément le ROI (Retour sur Investissement) d’un billet sponsorisé. Et aucun des critères utilisés n’est véritablement pertinents et précisément fiables. Car ils ne tiennent absolument pas compte de nombreux paramètres.

Prenons par exemple le cas du trafic. Un blog affichant 30 000 visiteurs uniques par mois recevra des propositions plus lucratives qu’un blog avec seulement 10 000 visiteurs uniques.

Pourtant, si 90% des visiteurs du premier viennent des moteurs de recherche et aboutissent sur d’anciens articles et quittent ensuite rapidement le blog alors que 50% des visiteurs du second visitent quotidiennement la page d’accueil et consultent les nouveaux articles, l’article sponsorisé sera beaucoup plus lu sur le second blog et son impact pour l’annonceur sera bien plus important alors qu’il touchera moins d’argent. Or ce genre de paramètres n’est absolument pas prix en compte !

C’est la même chose pour la « capacité d’influence », souvent mesurée en fonction du nombre de followers Twitter ou de fans sur Facebook.

Entre un blogueur avec un compte Twitter de 1500 followers qualifiés avec qui il entretient une conversion régulière et qui suivent avec attention ses tweets, et un autre blogueur suivi par 4000 followers dont 80% sont issus de méthodes d’ajout automatique de followers, le second aura tout de même l’avantage niveau rémunération.

Pourtant les retombés ne seront absolument pas les mêmes pour la marque. Le taux de clic, par exemple, des liens contenus dans les tweets n’est absolument pas mesuré alors que ce serait une variable importante !

Et c’est pareil pour de nombreux autres paramètres, tel que la – difficilement mesurable à l’heure actuelle – capacité de prescription d’un blogueur auprès de son public.

Un article sponsorisé… mais pas à n’importe quel tarif !

Néanmoins, ce n’est pas parce que les critères de tarification sont encore assez mal ficelés, qu’il faut accepter tout et n’importe quoi comme rémunération pour un article sponsorisé.

Beaucoup de blogueurs, de part leur manque d’expérience en la matière, ont tendance à accepter des propositions qui sont souvent trop basses ou peu opportunes.

Je vous encourage vivement à ne pas accepter n’importe quoi et surtout pas à n’importe quel tarif. Sachez évaluer la « valeur » d’un article sponsorisé sur votre blog et mettre en avant les points forts de votre blog devant un annonceur.

D’autre part, il ne faut pas non plus toujours accepter sous prétexte que cela vient d’une régie spécialisée. On vient de le voir, leurs critères pour définir la rémunération d’un billet sponsorisé ne sont pas toujours des plus pertinents.

Sachez aussi qu’un article sponsorisé commandé « en direct » par l’annonceur au blogueur se monnayera forcement plus cher qu’un billet sponsorisé proposé via une régie spécialisée.

Tout simplement parce dans le cas d’une négociation « en direct », il n’y a pas de commission prélevée par la régie publicitaire sur le tarif payé par l’annonceur. Vous pouvez donc percevoir l’intégralité de la somme que règle habituellement un annonceur quand il passe par une régie.

Et vous, que pensez-vous des articles sponsorisés ? En proposez-vous sur votre blog ? Est-ce, pour-vous, une bonne manière de le rentabiliser ?

——

Vous ne parvenez pas à générer les objectifs de revenus escomptés avec votre site internet ?

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Monetilab – formulaire en bas de page – pour recevoir les meilleurs des articles publiés et profiter de conseils en avant-première pour rentabiliser votre site, votre blog ou votre application mobile.

À propos de l'auteur

Thibault Vincent

Directeur de la rédaction de Monetilab, il est l'auteur du livre référence sur la monétisation : "Le web, ça rapporte ! Rentabiliser son site, son blog ou son appli grâce à une stratégie digitale efficace" aux éditions Pearson. Il dirige également l'agence Lemon Factory, spécialisée dans le marketing digital et le conseil en monétisation.

Boostez la croissance et les revenus de votre site

Inscrivez-vous à la newsletter :

Ne manquez rien des derniers articles publiés sur Monetilab et profitez de conseils en avant-première !


Doublez (ou plus !) les revenus de votre site :

Fort de notre expertise, nous avons développé une approche et une méthodologie spécifique pour conduire les revenus et la croissance de votre site internet vers de nouveaux sommets !

2 commentaires

  1. Article très intéressant et très complet sur les billets sponsorisés.

    Je m’aperçois d’ailleurs que sur ma page « Annonceurs », j’affiche le pourcentage des visiteurs qui viennent des moteurs de recherche. Ce pourcentage est élevé et met en avant ma capicité à positionner des mots-clés dans les moteurs de recherche.

    Au contraire, un annonceur pourrait être rebuté à l’idée que son article ne soit pas lu énormément.

    • Author

      Merci pour le commentaire 😉
      Pour ce qui est du taux de visites provenant des moteurs de recherche, effectivement, mieux vaut l’enlever.
      C’est toujours mieux de « vendre des gros chiffres » et de donner l’impression que l’article pourra être lu par des dizaines de milliers d’internautes même si tout le monde sait bien qu’un nouvel article sur un blog – encore plus quand c’est un article sponsorisé – n’est lu que par une fraction du nombre total de V.U.
      Mais bon, les annonceurs aiment bien avoir ce sentiment et annoncer des « grosses statistiques » dans le portfolio de la campagne. Et nombreux se sont qui agissent sans toujours faire preuve de beaucoup de pragmatisme.
      PS : Félicitations pour ton blog !

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*