Calculer le prix d’un site : la méthode pour estimer la valeur d’un site web ou d’un blog

Calculer le prix d’un site : la méthode pour estimer la valeur d’un site web ou d’un blog

Que ce soit par simple curiosité, pour réfléchir à l’opportunité d’une vente ou bien parce vous avez contacté par un acheteur, vous vous êtes surement déjà demandé quelle valeur pouvait avoir votre site ou votre blog.

En effet, bien que méconnue, la vente d’un site web peut pourtant constituer une opportunité de monétisation très lucrative. Et vous permettre de gagner, en une seule fois, beaucoup plus d’argent que ce que vous rapporte votre site tous les mois.

Mais c’est là que les choses se corsent. Car il est généralement difficile de réaliser une estimation objective du prix d’un site internet et du montant auquel on pourrait le vendre. Or sans évaluation de la valeur du site, difficile de négocier ou de considérer l’option de la vente.

Découvrez comment calculer efficacement la valeur d’un site ou d’un blog et son prix de vente.

La formule classique de calcul de valeur

Généralement, quand on veut réaliser une estimation « à la louche » de la valeur marchande d’une entreprise, on se base sur le postulat suivant : valeur de la société = chiffre d’affaires mensuel X 12.

Bien sûr, d’autres formes formules de calcul largement plus complexes ont été développées par des spécialistes. Et vous vous imaginez bien que quand un groupe du CAC 40 veut acquérir une entreprise, il ne se base pas uniquement sur son chiffre d’affaires annuel pour déterminer le prix auquel il va l’acheter.

Mais cela permet d’avoir un point de repère. Et de rester concret.

Pour un site web, c’est la formule de base qui sert également de point de repère. Le prix de vente du site ou du blog est égal à son chiffre d’affaires multiplié par un chiffre entre 12 et 24. Ce chiffre dépend du site, du talent de négociateur du webmaster et des capacités financières de l’acheteur.

C’est ce qui sert souvent de base à l’évaluation de la valeur et du prix d’un site web. Mais ce n’est pas tout.

Des critères à considérer pour fixer le prix d’un site internet

De nombreux autres paramètres viennent jouer dans l’évaluation du prix et de la valeur d’un site web.

Des critères tels que : le trafic du site, sa thématique, la valeur et l’ancienneté de son nom de domaine, son chiffre d’affaires et sa stratégie de monétisation, l’ancienneté du site et sa position dans son secteur, son référencement et son positionnement sur Google, son contenu et sa base de données éditoriale, la présence et la taille de la newsletter et la base d’email opt-in, l’unicité de son concept, les charges à prendre en compte, etc.

Autant de paramètres qui font fluctuer la valeur marchande d’un site. Et qui rendent difficile l’élaboration d’une formule « par défaut » pour calculer la valeur d’un blog ou d’un site.

Car tout dépend des coefficients attribués aux différents critères. Et de ce que recherche l’acheteur.

Par exemple, certains acheteurs acquiert des sites uniquement pour leur nom de domaine. Ou bien la qualité de leur référencement sur Google. Ou encore uniquement pour tirer profit de la newsletter et la base d’email du site.

Chaque acheteur attribue donc ses propres coefficients de pondération à ces critères en fonction de ses attentes.

Les perspectives à ne pas négliger dans l’estimation

Mais parfois, un site n’est pas seulement estimé en fonction de son bilan actuel. Mais surtout en fonction de ses perspectives futurs et de ce qu’il pourra rapporter à moyen terme.

C’est le cas de nombreuses grandes startups américaines. Dont Facebook, valorisé autour de 100 milliards de dollars avant son entrée en bourse, alors que son chiffre d’affaires annuel en 2011 n’était « que » de 3.71 milliards de dollars.

Le problème, c’est que évaluer précisément des perspectives se révèle un exercice délicat. Là encore, tout un tas de paramètres variés peuvent rentrer en jeu. De la tendance du secteur pour les années à venir à la capacité estimée du business model à fonctionner. En passant par l’effet de mode.

Enfin, sachez que d’autres aspects peuvent être pris en compte. Notamment pour les transactions les plus importantes. Des paramètres tels que :

Le site a-t-il besoin d’une refonte totale immédiatement ou à court terme ? Si oui, à combien sont estimés les coûts de développement et design ? Existe-t-il une équipe dédiée travaillant sur le site (notamment une rédaction dans le cas des sites de contenu) ? Si oui, fait-elle partie de la transaction ou l’acheteur doit-il recruter depuis zéro ?

Prix de vente d’un site internet : la prime aux « gros »

Régulièrement, on apprend dans la presse la vente de « gros » sites web ou de blogs. Et pour des montants qui font rêver.

Au mois de juin dernier, le groupe Lagardère annonçait avoir mis la main sur le site LeGuide.com pour près de 100 millions d’euros. En 2011, c’était le groupe média allemand Axel Springer qui faisait l’acquisition de SeLoger pour 633 millions d’euros.

Un peu plus tôt, en 2008, Doctissimo était racheté par le même groupe Lagardère sur une valorisation à 138 millions d’euros. Un an avant, c’était le groupe AuFeminin qui était racheté par le groupe Axel Springer sur une base de 284 millions d’euros. Encore mieux, en octobre 2006, YouTube était racheté 1.65 milliard de dollars par Google un peu plus d’un an et demi après sa création. Et alors que la plateforme de vidéos communautaire n’était toujours pas rentable.

Des sommes astronomiques qui se basent souvent davantage sur les perspectives futurs du site que sur ses indicateurs actuels. Et ne mettent pas à l’abri des mauvaises surprises.

En 2004, Yahoo rachetait le comparateur de prix Kelkoo pour 475 millions d’euros. Avant que les performances du site ne s’écroulent. Avec 12 millions d’euros de perte en 2007, le site fut revendu pour moins de 100 millions d’euros à un fond d’investissement britannique en 2008.

Ce qui est sûr c’est les montants de ces rachats ne peuvent être utilisés comme base de calcul pour évaluer la valeur d’un site traditionnel. Calculer la valeur marchande de son site ou de son blog à partir des ratios visiteurs uniques/valeur du site ou chiffre d’affaires/valeur du site de ces rachats n’est pas pertinent. Car cela montre aussi que les sites majeurs ne sont pas soumis aux mêmes règles que les sites plus modestes quand il s’agit d’en déterminer le prix de vente.

A partir d’un certain stade, la valeur marchande du site explose et n’est plus uniquement liée aux critères vus précédemment. L’atteinte de cette « frontière » peut dépendre de nombreux paramètres : la thématique du site, son trafic, son emprise sur son secteur, etc.

Des outils pour estimer la valeur de votre site

Pour calculer la valeur et le prix d’un site internet, certains outils se sont développés au cours des années. La plupart du temps, les estimations que vous obtiendrez à partir de ces outils seront relativement hors de propos . Car ces services automatisés sont basés sur des critères spécifiques (PageRank, trafic estimé, nombre de backlinks, etc.) et ne prennent souvent pas en compte tout un tas d’autres paramètres qui viennent pourtant jouer dans l’évaluation du prix d’un site. Mais cela peut commencer à vous donner quelques idées.

Car en matière de prix de vente d’un site internet, il y a deux écueils à éviter. Le premier, c’est celui de sous-valoriser son site et de l’estimer à une valeur plus basse que ce qu’il ne vaut réellement en ne prenant pas en compte tous les paramètres ou ses perspectives futures. Ou en n’accordant pas assez de valeur au travail que vous avez fourni au cours des années.

Le second écueil est l’excès inverse. Subjugué par les montants astronomiques des rachats des sites majeurs, penser à tort que son site vaut énormément d’argent et négocier la vente de son site internet à partir d’une valorisation trop élevée. Car la valeur d’un site web reste aussi et surtout intimement associé au prix que l’acheteur est prêt à débourser.

Parmi ces différents d’outils automatisés d’estimation de la valeur d’un site aux résultats plus ou moins farfelus, on peut citer Website Outlook, Cubestat, Your Website Value, Estimez votre site ou encore Webestim.

A noter que certains cabinets professionnels sont spécialisés dans l’audit et l’estimation de la valeur d’un site internet. De plus, si vous cherchez réellement à vendre votre site web, Flippa, l’une des plus grandes places de marché pour l’échange de sites web, a publié un livre blanc sur la manière de vendre un site.

Conclusion

Estimer la valeur d’un site internet n’est pas chose facile. Vous l’avez vu, de nombreux critères sont à prendre en compte.En plus du fait que chaque acheteur accorde sa propre importance à ces différents critères. Mais vendre son site internet peut se révéler très rentable. Quand on sait en fixer le juste prix !

Et vous, à combien estimez-vous la valeur de votre site ou votre blog ? Seriez-vous intéressé par le vendre si le prix proposé était assez attractif ?

——

Vous voulez apprendre à rentabiliser votre site web ou votre blog plus efficacement ?

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Monetilab – formulaire en bas de page – pour recevoir les meilleurs des articles publiés et profiter de conseils en avant-première pour rentabiliser votre site, votre blog ou votre application mobile.

Mots clés :

À propos de l'auteur

Thibault Vincent

Directeur de la rédaction de Monetilab, il est l'auteur du livre référence sur la monétisation : "Le web, ça rapporte ! Rentabiliser son site, son blog ou son appli grâce à une stratégie digitale efficace" aux éditions Pearson. Il dirige également l'agence Lemon Factory, spécialisée dans le marketing digital et le conseil en monétisation.

Boostez la croissance et les revenus de votre site

Inscrivez-vous à la newsletter :

Ne manquez rien des derniers articles publiés sur Monetilab et profitez de conseils en avant-première !


Doublez (ou plus !) les revenus de votre site :

Fort de notre expertise, nous avons développé une approche et une méthodologie spécifique pour conduire les revenus et la croissance de votre site internet vers de nouveaux sommets !

14 commentaires

  1. Bel article !

    Je n’ai pas encore pensé à revendre mon site (il est tout frais et je m’amuse encore avec) mais tu nous donnes pas mal d’infos sur la façon de le valoriser.

    Comme pour une entreprise, il y a tellement de paramètres qui rentrent en compte que cela est assez complexe.

    A mon sens, ce sont surtout les perspectives futures qui priment sur le prix !

    • Author

      Merci Ismaël pour ton commentaire.
      Effectivement, les perspectives futures sont importantes pour juger de la valeur d’un site.
      Néanmoins, attention, car parfois, cela peut aussi peut jouer des tours. La preuve avec un exemple comme le rachat de Kelkoo par Yahoo. Ou même celui de MySpace par Newscorp.

  2. Merci pour toutes ces précisions. Je rajouterais aussi qu’il y a le NDD en question qui permet de rajouter de la valeur, en particulier les NDD à 3 lettres, comme sex.com qui a été vendu à 13 millions de dollars il me semble !

    • Author

      Absolument ! Et même quand ils ont un peu plus de lettres. 😉

      Par exemple, le nom de domaine http://www.startups.com acheté 500 000 dollars cash en 2008 et qui pourrait bientôt se revendre près d’un million de dollars.

      Personnellement, je ne comprend plus vraiment cette folie autour des noms de domaine générique en 2012 alors que les usages du web ont changé et que le trafic direct de tels noms de domaine doit avoir diminuer. Mais bon, ce qui est clair, c’est qu’il y a encore un marché. Et puis c’est vrai qu’il y a aussi l’impact pour le référencement…

  3. Parce qu’il est possible de revendre un site? Je suis complètement larguée! Merci en tout cas pour ce billet qui m’a appris plein de choses…

    Alexandra

    • Author

      Et oui, il est possible de revendre un site internet. Il y a même des gens qui en tirent beaucoup d’argent.
      C’est vrai que la revente de sites de taille plus modeste est moins courante en France qu’aux Etats-Unis, par exemple.
      Mais ça existe, et ça peut rapporter pas mal d’argent. Je publierai prochainement un article expliquant comment faire pour vendre un site web ou un blog. 😉

  4. Encore un article pertinent qui évoque un sujet aux contours sans cesse mouvants.

    Si pour les grands sites la notion de goodwill est une réalité incontournable, pour les « petits » sites en particulier spécialisés
    la chose est encore plus évidente.

    En effet, mais peut-être je me trompe, l’achat d’un site modeste et spécialisé ne peut qu’être le résultat d’une stratégie globale qui consiste en un regroupement de thèmes plus ou moins proches.

    Ainsi qu’un d’un plan à moyen terme de développement d’un ensemble de sites devenus cohérents.

    • Author

      Merci Bruno pour votre commentaire !;)

      C’est vrai que certains rachètent plusieurs sites modestes afin de les regrouper et en faire un « plus gros site » qui pourra s’imposer sur sa thématique et capter une large partie des visiteurs de ce secteur. Et donc maximiser les revenus.

      Dans d’autres cas, ça peut-être parce que l’acheteur pensent pouvoir mettre en place une stratégie de monétisation plus efficace et en tirer plus d’argent.

      Ou alors, cela peut être principalement pour le contenu déjà présent, le référencement, le nom de domaine, le potentiel de la base d’email du site, etc.

      Il y a de nombreux cas de figures 😉

  5. Je pense que c’est le meilleur article sur ce sujet que j’ai pu lire et qui prend enfin compte de tous les paramètres et pas seulement la « règle » du x12.

    Quand on vend un site, je pense qu’il faut surtout chercher « l’acheteur idéal ».

    Par exemple, si on souhaite se séparer d’un site sur les piscines, il faut éviter de le revendre à un autre webmaster qui le rentabiliserait avec de la pub mais directement à un pisciniste en lui expliquant le CA qu’il pourrait générer grâce à cette acquisition. Le prix de revente sera beaucoup plus élevé!

    • Author

      Merci Fabrice pour ce commentaire ! 😉

      Tu reviens effectivement sur un aspect important, le prix dépend aussi de l’acheteur et de la valorisation que lui pourra faire du site.

  6. Attention quand même aux miroirs aux alouettes car il ne faut pas confondre les sites aux très gros budgets de lancement et les tous petits sites ou blogs.

    Tout d’abord, la véritable valeur d’un site ou blog c’est le jour de la vente qui a ce moment indique sa valeur! Quoique parfois acheté beaucoup trop cher en raison d’attrait subjectif (sentiments, coup de cœur…)
    Regardez les ventes de voitures aux enchères ! Combien de personnes achètent leur voiture largement au dessus de l’argus ? Beaucoup trop et c’est d’ailleurs pour cela que je n’achète plus mes voitures chez ces commissaires priseurs car cela n’a plus aucun intérêt..

    Pour faire simple :
    Si vous voulez revendre votre site dites-vous déjà 3 questions.

    – Quels sont les atouts de mon site ou blog qui me différencient des autres ?
    – Si j’ai une offre ferme de mon site ou blog pour une somme déterminée.. dois-je accepter cette offre ( qui peu ne jamais se représenter )
    A vous de déterminer si cette somme couvre toutes vos heures passées sur votre bébé ?
    Ensuite, si votre acheteur est un investisseur lambda et votre site un simple e-commerce, le calcul de sa valorisation sera très différent car entre en jeu la rentabilité de son investissement.

    Votre Goodwill est sa valeur immatérielle que votre acquéreur est prêt à payer et cette valeur est fonction de votre acheteur.

    si vous avez un acheteur qui n’aura que votre site cette valeur immatérielle sera très limitée voire réduite à zéro.
    Si votre acheteur dispose déjà des activités similaires alors là vous pouvez espérer une meilleure valorisation. Pourquoi ? Et bien, ce dernier convoite pour site ou blog pour une raison simple :
    – votre site lui apportera un effet de synergie pouvant décupler le développement de son ou ses autres activités web.
    – il récupère déjà vos compétences ( si vous avez du personnel ) et lui évite ainsi à se lancer dans une création pure.

    Pour cela à vous de lui poser les bonnes questions en lui demandant pourquoi votre site l’intéresse ? Ses propres activités etc.. bien sur mettez-y la forme pour ne pas dévoiler vos cartes.

    pour faire simple un site ou blog ne vaut que 1 € ou la seule et unique somme qu’une personne est prête à mettre sur son chèque. Le reste n’est que littérature.
    Vous avez des livres sur la valeur du googwill mais aussi sur le badwill

    oui, votre actif immatériel peut-être aussi très négatif ( exemple plainte de vos clients sur des forums indiquant vos problèmes de livraisons etc.. )
    à bientôt peut-être
    Gérard

  7. Article intéressant à mettre sous la main au cas où le besoin de vendre son site se fasse sentir.

    Je me demande comment faire pour remettre le site au nouveau proprio!!! j’imagine qu’il faudra lui donner tous les identifiants (user et mots de passe). Et pour le prix de l’espace d’hébergement et du nom de domaine, ça rentre dans le calcule du prix de vente ?

    Amicalement,

    Chafik du blog Ebooks-Gagnants.Biz

  8. Bonjour,

    Super article, vraiment très bien, mais connaissez vous des professionnels, des structures officielles qui permettent d’estimer un site à sa juste valeur. En effet, deux estimations de spécialistes sont nécessaire lorsque l’on souhaite vendre un site crée personnellement à sa société. Aussi, si vous avez quelques indications ou quelques noms, je suis intéressée. ^^

    Merci,

    Gwendoline

  9. Je vais revendre mon site et par là mème mon fichier clientèle.

    La Banque me demande un compromis de vente, que je n’ai pas fait, comment
    m’y prendre et au niveau impot comment cela se passera ?

    Merci de votre aide, MJO

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*