Ce que l’accord de Google avec la presse change pour le marché de la publicité en ligne

Ce que l’accord de Google avec la presse change pour le marché de la publicité en ligne

Signé début février, l’accord entre Google et la presse en ligne en France ouvre une nouvelle ère dans les relations entre les médias et le géant américain de l’Internet.

Mais les termes de l’accord devraient également avoir un impact dans le secteur de la publicité sur le web et des régies publicitaires Internet.

La fin d’une négociation de plusieurs mois

La « grogne » entre les éditeurs de contenu et Google durait déjà depuis plusieurs semaines en France sur la question de l’indexation de certains contenus par le moteur de recherche et celle du partage des revenus entre les différents acteurs du secteur.

Des négociations avaient été entamées depuis fin 2012 et le gouvernement menaçait de légiférer en cas d’échec des discussions afin d’aider à une meilleure répartition des richesses créés entre les éditeurs de contenus et le moteur de recherche.

Qualifié « d’historique », un accord a finalement été trouvé entre Google et l’association IPG (Information politique et générale) et annoncé le 1er février dernier. La mesure-phare de ce deal est la création d’un fonds de soutien de 60 millions d’euros, financé par Google, pour aider la presse à se moderniser et assurer sa « transition vers le numérique ».

Si le fait d’avoir réussi à amener le géant américain à la table des négociations et d’être parvenu à une issue positive a été largement salué, l’accord a aussi été critiqué par certains pour plusieurs de ses aspects : abandon de l’idée d’un droit voisin de celui du droit d’auteur pour la presse, délimitation uniquement aux secteurs de la presse générale et politique, manque d’indépendance de la presse vis-à-vis de Google, recul sur la question de la répartition des richesses créées sur Internet, etc.

Néanmoins, le but de cet article n’est pas de défendre, ou au contraire, d’attaquer cet accord et d’en juger le contenu. Uniquement de revenir sur les modalités commerciales du deal et les conséquences qu’elles pourront avoir sur le secteur de la publicité en ligne.

Un partenariat commercial « renforcé » avec les éditeurs

Car l’autre volet de cet accord signé entre Google et la presse en ligne, c’est le renforcement du partenariat commercial entre les éditeurs et le moteur de recherche afin d’améliorer la monétisation des sites d’info.

Concrètement, les éditeurs pourront utiliser « à des conditions avantageuses » les technologies et services publicitaires du géant américain. C’est-à-dire notamment Google AdSense, AdMob et Google AdExchanges.

Les termes exacts du deal à ce niveau sont encore assez flous et n’ont pas été dévoilés pour l’instant. Ce que l’on sait, d’après une interview donnée aux Echos par Nathalie Collin, la présidente de l’IPG, c’est que les éditeurs bénéficieront de « conditions particulières pour commercialiser certains de leurs inventaires publicitaires ».

On en sait pas plus pour l’instant mais il est notamment possible que Google puisse consentir un effort sur la répartition des revenus issus de Google AdSense et augmenter le pourcentage perçu par les éditeurs.

Rappelons qu’en tant que site à fort trafic, la majorité des sites d’info bénéficient déjà du statut Google AdSense Premium, qui leur permet notamment plus de libertés dans l’intégration des formats d’annonces AdSense ainsi que de recevoir les conseils d’un chargé de compte spécifique de chez Google.

On peut alors penser que la firme de Mountain View devrait apporter une dimension globale de conseil et soutien technique pour aider les éditeurs à améliorer leurs revenus en utilisant les solutions de Google.

Le géant de l’Internet pourrait également aider les éditeurs dans leur transition vers le mobile et la monétisation de ces nouvelles audiences.

Google renforce sa position dominante

Ce qu’il résulte de cet accord, c’est que Google en sort renforcé et voit son statut de leader du secteur consolidé. En signant ce deal avec la presse, le géant de l’Internet assure l’utilisation de ses solutions techniques, commerciales et publicitaires sur des sites à très forte audience.

En effet, même si aucune clause d’exclusivité n’a pour l’instant été rendue publique, on voit désormais difficilement un site d’info concerné par cet accord utiliser une autre régie publicitaire de liens sponsorisés que Google AdSense pour monétiser ses espaces publicitaires au CPC (Coût par Clic).

Du coup, c’est Ligatus, régie de liens sponsorisés « premium » qui se développe en France depuis 2009, qui pourrait en souffrir. Surtout qu’elle s’est positionnée sur un réseau d’éditeurs « haut de gamme » dont de nombreux sites de presse en ligne.

Autant dire que Google AdSense n’est pas près d’être concurrencé à grande échelle en France sur le secteur des régies de liens sponsorisés. Et l’accord signé il y a quelques jours par la société américaine avec la presse ne va pas faciliter l’émergence de nouveaux acteurs sur ce marché !

Conclusion

Sur le secteur des régies de liens sponsorisés au CPC, la tendance n’est pas prêt de changer ! Google AdSense confirme sa situation quasi-monopolistique sur ce marché et la signature de cet accord avec la presse permettra de la renforcer.

Sans juger des qualités ou des défauts de Google AdSense, on peut regretter pour le secteur le fait qu’aucun acteur n’arrive à percer à grande échelle et amener un peu de concurrence sur ce marché.

Vous voulez apprendre à développer une stratégie de monétisation efficace pour votre site internet ?

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Monetilab – formulaire en bas de page – pour recevoir les meilleurs des articles publiés et profiter de conseils en avant-première pour rentabiliser votre site, votre blog ou votre application mobile.

À propos de l'auteur

Thibault Vincent

Directeur de la rédaction de Monetilab, il est l'auteur du livre référence sur la monétisation : "Le web, ça rapporte ! Rentabiliser son site, son blog ou son appli grâce à une stratégie digitale efficace" aux éditions Pearson. Il dirige également l'agence Lemon Factory, spécialisée dans le marketing digital et le conseil en monétisation.

Boostez la croissance et les revenus de votre site

Inscrivez-vous à la newsletter :

Ne manquez rien des derniers articles publiés sur Monetilab et profitez de conseils en avant-première !


Doublez (ou plus !) les revenus de votre site :

Fort de notre expertise, nous avons développé une approche et une méthodologie spécifique pour conduire les revenus et la croissance de votre site internet vers de nouveaux sommets !

Il n'y a pas encore de commentaire, soyez le premier à réagir !

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*