Les 6 moyens de rentabiliser une application mobile et de générer de nouveaux revenus

Les 6 moyens de rentabiliser une application mobile et de générer de nouveaux revenus

Comment rentabiliser une application mobile est devenue une problématique pour de nombreux éditeurs et développeurs mobile. Découvrez les différentes façons de monétiser une application iPhone, iPad ou dans Android et de développer de nouveaux revenus avec une appli mobile.

Les applications mobiles en plein expansion

Personne ne pourra le contester, le secteur des applications mobiles s’est développé à une vitesse incroyable ces dernières années. Depuis l’arrivée de l’iPhone en 2007, puis celle d’Android quelques mois plus tard, ce domaine a connu une croissante ultra-soutenue et affiche des chiffres impressionnants.

Plus de 25 milliards d’applications téléchargées sur l’AppStore de Apple. Et plus de 10 milliards du côté du Google Play – anciennement Android Market, l’équivalent chez Google. Plus de 550 000 applications disponibles sur l’AppStore, et 400 000 côté Android.

Plus de 4 milliards de dollars déjà reversés par Apple aux développeurs et aux éditeurs d’application iPhone et iPad depuis la création de l’AppStore. Et je pourrais continuer encore longtemps avec ces chiffres qui donnent le tournis.

Vous allez me dire, la monétisation d’une application iPhone ou Android, c’est certes un sujet intéressant, mais ce n’est pas directement relié à la thématique de la monétisation de site web. Et bien… oui et non !

Comment rentabiliser une application mobile

Aujourd’hui, les webmasters et les blogueurs qui franchissent le cap de développer une application mobile à partir de leur site web ou de leur blog est de plus en plus nombreux. Et cela va continuer à croitre. Car une application iPhone ou Android peut être une excellente opportunité de générer des revenus supplémentaires. Sans compter le fait que la création d’une application mobile en lien avec son site web reste aussi une des manières possibles de rentabiliser celui-ci. En plus de permettre une diversification des revenus.

De plus, j’étais invité sur le plateau de la chaine BFM Business cette semaine dans le cadre de l’émission « Paris d’Avenir » qui était consacré au business des applications mobiles et, justement, à la manière de les monétiser. Et j’ai voulu partager avec vous mes conseils et les grandes tendances débattues pendant l’émission sur ce sujet.

I. Vendre votre application mobile / Faire une appli payante

D’après une étude Piper Jaffray de fin 2011, 13.5% des applications iOS – le système d’exploitation d’Apple qui équipe les iPhone et iPad – téléchargées sur l’AppStore sont des applications payantes. Parallèlement, d’après une étude Surikate de juin 2012, seuls 15.7% des utilisateurs d’iPhone et d’iPad sont n’ont jamais téléchargé d’application payante. Ce qui fait que 84.3% des utilisateurs en ont déjà téléchargé au moins une !

Le fait de concevoir et de développer une application mobile payante – qui sera ensuite vendue sur l’AppStore – fait partie des business models les plus efficaces. A nombre d’utilisateurs égales, la vente d’une appli payante permettra de générer toujours plus de revenus que si celle-ci est gratuite et monétisée via la publicité.

De plus, les utilisateurs – surtout sur iPhone et iPad – se sont habitués au fait qu’une partie des applications mobiles proposées soient payantes et qu’il fallait les acheter. C’est devenu un comportement normal pour les utilisateurs. La preuve, le célèbre jeu sur appli mobile Angry Birds a connu un beau succès avec la sortie de son nouvel opus Angry Birds Space qui a réalisé une belle performance : 50 millions de téléchargement dès le premier mois alors qu’il s’agissait, rappelons-le, d’une application payante.

Notez tout de même que Apple prélève automatiquement 30% du prix de vente de l’application iPhone ou iPad sur l’AppStore (ce qui est désormais également le cas côté Android sur Google Play). Et qu’une grille de tarif est imposée. Cela commence à 0.79 € minimum par application.

Gardez aussi en tête que les choses sont plus compliqués sur Google Play niveau monétisation. Le public est moins réceptif aux applications payantes (seulement 1.3% des applications Android téléchargées sont des applications payantes, selon l’étude Piper Jaffray) et moins habitué à cette idée. En plus d’un processus d’achat d’application moins intuitif pour les utilisateurs sur Android que sur iOS.

Les chiffres le montrent bien. Pour les développeurs et les éditeurs d’appli, la rentabilité d’une application iPhone est est 4 fois supérieure à celle d’une application Android. De manière générale, si vous voulez lancer et vendre une application mobile payante, privilégiez clairement l’AppStore d’Apple. Au moins au début.

II. La publicité

La publicité a toujours été l’un des business models existants et pratiqués quel que soit le type de support et de média. C’est donc naturellement que la publicité est devenue l’une des formes de rentabilisation d’une application mobile. Surtout quand elle est gratuite. Et c’est devenu l’un des moyens les plus fréquents pour une appli d’être monétisée.

Ca fonctionne comme sur le web. Des formats publicitaires ont été définis et sont devenus les standards du secteur. Des régies publicitaires spécialisées dans le mobile se sont développées et sont chargés de monétiser l’inventaire publicitaire des applications mobiles dont elles ont la charge.

De la même façon sur un site web, plus les gens téléchargent votre application et l’utilisent, plus le nombre d’utilisateurs et de pages vues sera important, donc plus les revenus publicitaires de l’application seront importants.

La publicité reste aujourd’hui un moyen de monétiser une application iPhone ou Android pour celles dont le manque de valeur ajoutée ne lui permet pas de pouvoir devenir une application payante et d’être proposée à la vente sur l’AppStore ou Google Play. Ou tout simplement par le choix de l’éditeur de l’appli de la laisser gratuite et ainsi la diffuser au plus grand nombre. C’est notamment le cas pour les applications mobiles développées à partir d’un site web fonctionnant déjà sur un modèle publicitaire et dont l’appli est une extension qui permet de capter de nouveaux utilisateurs mais pour laquelle la stratégie de monétisation reste la même. Les exemples sont nombreux : AlloCiné, PureMedias, l’Equipe, Le Parisien, etc.

Parmi les régies publicitaires, on peut notamment citer Mobil Addict, EGS Média, InMobi ou encore AdMob devenu Google Mobile Ads. Sans oublier la régie publicitaire développée directement par Apple : iAd.

III. Le modèle freemium

De la même manière qu’il existe aujourd’hui sur Internet notamment pour les jeux en ligne ou de nombreux services web comme DropBox, Deezer, Evernote et beaucoup d’autres, le modèle freemium s’est également implanté sur mobile.

Le concept est simple : permettre à l’utilisateur de »tester » le service, le jeu ou l’application mobile pendant quelques temps ou alors dans version allégée dite « lite » qui ne comprend généralement pas toutes les fonctionnalités de l’application mobile complète.

Si l’utilisateur est satisfait de l’application « lite » et veut profiter de l’ensemble des fonctionnalités de l’appli complète, il a ensuite la possibilité de passer à la version payante de l’application iPhone ou Android.

Pour les éditeurs et développeurs d’appli, c’est un moyen d’espérer faire connaitre leur application – dans un marché très concurrentiel – d’attirer et de séduire les utilisateurs par une version gratuite avant de leur proposer une version payante sur laquelle ils pourront générer de véritables revenus.

D’après une étude NPD, le modèle freemium affiche d’ailleurs de beaux résultats puisque 40% des utilisateurs ayant téléchargé une version d’essai ont ensuite décidé d’acquérir la version complète payante ou d’ajouter des options à l’appli leur permettant d’en obtenir plus de fonctionnalités.

IV. L’in-app purchase / L’achat intégré

Par certains aspects, certaines formes de ce que l’on appelle l’in-app purchase sont comparables au modèle freemium.

C’est notamment le cas dans les jeux pour lesquels les utilisateurs ont la possibilité de pouvoir acquérir – directement via l’application – des bonus supplémentaires qui leur permettront d’évoluer plus vite dans le jeu ou d’obtenir une meilleure situation (achat de « monnaie virtuelle » du jeu, achat d’un accessoire à l’intérieur du jeu, etc.). Ou bien d’accéder à des niveaux supérieurs.

Néanmoins, la différence se fait sur le fait qu’un modèle freemium repose sur une version allégée tandis que, dans le cas présent, l’application propose déjà l’intégralité du service ou du jeu à l’utilisateur. L’in-app purchase lui permet d’obtenir des add-on ou des bonus supplémentaires.

Plus globalement, l’in-app purchase – achat intégré, en français – désigne la vente d’un bien virtuel directement depuis une application mobile. Il existe trois types d’achats intégrés :

  • Les achats réapprovisionnables : c’est le cas, par exemple, pour l’achat de monnaie virtuelle dans un jeu. Vous pouvez répéter l’opération à plusieurs reprises.
  • Les non réapprovisionnables : c’est le cas lorsque vous débloquez une fonctionnalité ou un niveau supplémentaire, par exemple.
  • Les abonnements directement à l’intérieur de l’application. Comme pour les éditeurs de la presse en ligne, par exemple.

A noter que, comme c’est le cas lors de la vente de l’application, Apple prélève une commission de 30% sur les in-app purchase réalisées à l’intérieur des applications iPhone et iPad.

V. Le sponsoring

Tout comme c’est le cas pour les sites web, il existe également une forme de sponsoring qui s’est développée dans les applications mobiles et en est devenue une forme de rentabilisation.

Le sponsoring d’une appli se fait de la même manière que pour un site ou un blog. Un annonceur paye pour être présent sur l’ensemble des formats publicitaires d’une application iPhone ou Android pendant une période donnée. Aucune autre marque ne peut donc être présente et faire de la publicité dans l’application pendant ce temps-là.

Plus qu’une simple relation publicitaire entre un annonceur et un éditeur, le sponsoring va plus loin. Il permet d’ancrer un partenariat sur la durée entre l’éditeur de l’application mobile et la marque. En terme de monétisation, l’offre est donc construire différemment. Sur une question de durée d’engagement et non uniquement de pages vues ou d’impressions publicitaires.

L’intérêt du sponsoring dans le cadre de la monétisation d’une application mobile, c’est aussi que cela peut permettre d’en faire financer tout ou partie du développement. Surtout dans le cadre d’un site web à succès ou d’un média reconnu.

Ainsi, certaines marques acceptent de payer pour le développement et la création d’une application iPhone ou Android en échange d’en être le sponsor exclusif sur une durée fixée à l’avance, à partir du moment de la sortie de l’appli.

VII. La location de base de données opt-in

Alors que cette forme de monétisation s’est assez largement développée – notamment parmi les grands éditeurs – sur le web, la collecte et le recrutement d’une base d’utilisateurs à partir d’une application mobile en vue de la louer ensuite à des annonceurs n’a pas encore autant de succès mais est également possible.

Il est possible d’intégrer dans son application un formulaire d’inscription permettant aux utilisateurs qui le souhaitent de s’y inscrire et de s’abonner, par exemple, à la newsletter de l’appli ou de recevoir ainsi du contenu exclusif. Pour pouvoir ensuite proposer et louer cette base de données ainsi constituée aux annonceurs, il est indispensable – comme c’est le cas sur le web – de réaliser tout cela de « manière propre », en opt-in. C’est à dire, en demandant expressément à l’utilisateur si il est d’accord pour recevoir des « informations ou des offres de la part de ses partenaires ».

C’est une condition sine qua none pour recruter des contacts opt-in et ensuite proposer la location de base de membres aux annonceurs.

Au vue du peu d’applications mobiles procédant de la sorte, la constitution d’une base de contacts opt-in vaut aujourd’hui, à taille égale, beaucoup plus qu’une même base de données collectée sur Internet. Et donc plus facile et lucrative à monétiser.

Conclusion

Créer et développer une application mobile est aujourd’hui quelque chose de plus en plus répandu. Y compris chez les webmasters et les blogueurs. Que ce soit sur iPhone, iPad ou Android, ce secteur n’en finit pas de croitre à une vitesse incroyable et est porteur de nombreuses opportunités. Notamment en terme de monétisation. Néanmoins, et c’est aussi le revers de la médaille d’un tel succès, avec déjà plus de 550 000 applications disponibles sur l’AppStore et plus de 400 000 sur Android, la concurrence s’intensifie de jour en jour. Et réussir à sortir du lot demande une vraie stratégie solide et efficace.

Et vous, avez-vous déjà développé votre application mobile ? Est-ce quelque chose auquel vous pensez ? Pensez-vous que ce secteur puisse être rémunérateur ?

——

Vous voulez apprendre à rentabiliser votre application mobile ?

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Monetilab – formulaire en bas de page – pour recevoir les meilleurs des articles publiés et profiter de conseils en avant-première pour rentabiliser votre site, votre blog ou votre application mobile.

À propos de l'auteur

Thibault Vincent

Directeur de la rédaction de Monetilab, il est l'auteur du livre référence sur la monétisation : "Le web, ça rapporte ! Rentabiliser son site, son blog ou son appli grâce à une stratégie digitale efficace" aux éditions Pearson. Il dirige également l'agence Lemon Factory, spécialisée dans le marketing digital et le conseil en monétisation.

Boostez la croissance et les revenus de votre site

Inscrivez-vous à la newsletter :

Ne manquez rien des derniers articles publiés sur Monetilab et profitez de conseils en avant-première !


Doublez (ou plus !) les revenus de votre site :

Fort de notre expertise, nous avons développé une approche et une méthodologie spécifique pour conduire les revenus et la croissance de votre site internet vers de nouveaux sommets !

21 commentaires

  1. C’est vrai que les applications mobiles deviennent de plus en plus incontournables.

    Personnellement, je me pose la question de me lancer ou non dans la création d’une appli iphone. Mais j’avoue manquer encore connaissance sur la partie développement.

    En tout cas, très intéressant ces pistes pour pouvoir les rentabiliser. 😉

  2. @Thomas: Au contraire ceci est un réel avantage. Le marketing et la gestion de société prennent énormément de temps. S’associé dès le départ avec une personne augmente vos chances de succès. Un Profil business seul vend un produit ne qualité moindre et un développeur seul n’arrive pas à promouvoir un produit de super qualité.

  3. Ton blog c’est un petit bijoux,
    merci!

  4. C’est un joyau votre blog.
    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre article et je me suis encore fais plus d’idées sur les opportunités pour faire rentabiliser les applications mobiles dans lesquelles je me suis lancé. Néanmoins, et à ma connaissance, Google prélève aussi 30% comme Apple sur chaque vente d’application sur son playstore.

    Merci

    • Author

      Merci pour le commentaire ! 😉

      Effectivement, Google prélève bien également une commission de 30% sur la vente des appli dans son Google Play. Je viens de corriger ça dans l’article.

  5. Bonsoir, a-t-on une idée du revenu généré par de la pub sur une appli mobile?
    Dit autrement, combrien rapporte le CPM?
    Est-il possible de faire une appli payante avec de la pub?
    Merci

  6. Bonjour,

    Il est clairement canon ce blog, merci !
    Sinon dans le cadre du sponsoring pour financer un projet, y a-t-il des outils pour déterminer la somme à demander ?

    Dans l’article tu abordes essentiellement le B2C, mais pas le B2B, donc développement pour les entreprises, est ce un modèle intéréssant ?

    Merci bien.

  7. Bonjour,
    merci beaucoup pour ce blog riche d’informations, bravo.
    j’ai besoin de votre aide pour mon projet :
    j’ai une idée porteuse pour créer une application mobile, seulement je n’ai pas de compétences en développement informatiques, mon profil est plus commercial. j’ai pensé contacter des sociétés spécialisées dans le développement de sites web et d’application mobile pour demander un devis afin d’estimer le coût du développement de mon application. Bien sûr il ne faut pas que je divulgue mon idée au risque qu’on me la pique ! y-a t-il des clauses de confidentialités quand on confie le développement à un prestatire?
    Ensuite il faut que j’élabore un business plan mais je ne sais pas par quoi commencer, pouvez vous me conseiller et me donner des pistes pour connaître et appliquer une stratégie de lancement d’application mobile : livre, site, ou blog …etc
    Votre livre « commenr réussir sur le web » traite-t-il des applications mobiles?

    je vous remercie par avance pour vos réponses.

    bien à vous

    Aïcha

    • Author

      Bonjour,

      Si vous avez peur de vous faire « piquer votre idée », vous pouvez demander aux prestataires avec lesquels vous travailler de signer un « accord de non-divulgation », ou Non-disclosure agreement (NDA) en anglais. De plus, vous pouvez demander à rajouter des clauses spécifiques à cet effet dans le contrat que vous signerez avec le prestataire.

      Ensuite, en terme de Business Model, je vous invite à lire le livre « Business Model Nouvelle Génération », très instructif, qui pourra vous aider pour la question de votre business model.

      Par ailleurs, oui, il y a une partie consacrée aux applications mobiles dans mon livre « Le web, ça rapporte ! Rentabiliser son site, son blog ou son appli grâce à une stratégie digitale efficace ». 😉

  8. Bonjour,

    merci beaucoup pour vos conseils, je vais acheter votre livre et vais faire appel à un prestataire.
    je vous tiendrais au courant

    merci encore

    Cdt
    Aïcha

  9. Bonjour, bonne année.
    J’aurais une petite question, par quel moyen Apple verse l’argent au propriétaire de l’application ?

  10. Bonjour Thibault,

    j’ai en projet le développement d’une application smartphone basée sur reconnaissance vocale.
    Je débute sur le sujet, et affine encore l’idée du projet global, mais je souhaite avancé sur le développement de l’application et avant tout trouvé un bon et sérieux développeur, mais je n’ai aucun contact de ce type autour de moi et je ne suis pas certain qu’une recherche sur google pour des free lance soit une bonne idée car comme dans tout les domaines il y a vraiment de tout… Auriez-vous des contacts a me suggérer ?

    Je profite de mon message, votre blog est complet et vraiment de qualité j’ai déjà les idées plus clair sur les revenus
    et me donne des idées pour développer une double rémunération !! Bravos.

    Merci d’avance.

    N

    • Author
      Thibault Vincent 16 mars 2014 Répondre

      Bonjour Nico,

      Heureux que Monetilab vous plaise. Par contre, malheureusement, non, je n’ai pas vraiment de contact là à vous présenter pour les développeurs d’appli mobile.

      Ce que vous pouvez faire, c’est de vous rendre à un évènement startup / tech / mobile de type Hackaton, Startup Weekend ou autre dans lesquels vous avez une chance de rencontrer pas mal de développeurs.

  11. Bonjour et merci pour votre article très complet.

    Je vient de terminer mon appli et je me pose maintenant la question du financement.

    J’aimerais éviter d’avoir recours a la publicité, le sponsoring, et autre frivolité utilisant les données personnelles, c’est de mon point de vue une nuisance pour l’utilisateur.

    J’aimerais également éviter de me faire ponctionner 30% de mon revenu après ces mois de développement sans aucun revenus.

    Est il possible de faire son propre système avec un financement par dons participatifs (ceux qui font un don de n’importe quel montant ont accès a toutes les fonctionnalités. Les dons se déroulent sur un site personnel externe a l’appli, l’appli ne disposant que d’un lien vers ce site).

    Est-ce autorisé par Google et Apple? Dois-je m’attendre tout de même à des taxes? Merci pour vos réponses.

    Ps: il semblerait qu’il y ai un petit problème avec votre site, il scroll légèrement tout seul chez moi quand je tape dans ce textarea. (chrome dernière version)

  12. Bonjour et merci pour cet article très intéressant !

    Pour ma part je suis développeur d’applications Android, j’ai quelques jeux à publier mais je ne sais pas quel est le meilleur moyen pour rentabiliser mes applications. Je souhaite déjà dans un premier temps arriver à rembourser les 25$ d’ouverture du compte développeur sur le Play Store.
    Le principal problème sur Android est que les apk (application package) ne sont absolument pas protégés contre le piratage, il est donc aisé de partager entre amis un application payante. On peut même télécharger l’apk en payant et se rétracter dans les 15 minutes ! Donc pour l’instant la solution applications payantes sur le Play Store est peu intéressante.
    Ajouter de la publicité dans une application ne me convient pas vraiment, je trouve que ça pollue beaucoup l’application, de plus, c’est peu rentable.
    Il reste la solution Freemium mais qui n’est pas toujours évidente à adapter en fonction du jeu.

  13. Bonjour Je m’appelle Aziri Dardan et j’ai decider de creer une application mobile plutot specialiser dans les jeux , pour vous dire je suis en manque d’inspiration afin de la developper .Je m’adresse a certaines personnes si il savent par ou commencer si ils connaisent quelques sites pour commencer a la developper . Merci d’avance !!!!

  14. DIALLO SALAMA 13 juin 2014 Répondre

    Bonsoir,
    je suis en phase de réaliser un business plan pour une application gratuite ,
    mais j ai du mal à calculer les frais d’investissement et aussi établir une politique commercial pour cette application

  15. Non seulement votre article est super et précis mais je vois que malgré votre vie a 100 a l’h vous prenez du temps pour répondre en plus de votre article et humainement parlant prendre de son temps pour aider les autres à réussir ca ce perd et cest juste

  16. Merci des infos

  17. patrick bougou 27 avril 2015 Répondre

    bjr , j ai une préoccupation je veux développer une application mobile payante , mais, en Afrique nous n avons pas la culture de monnaie Electronique (carte de crédit et autre, je veux savoir s’il y a autre moyen de vendre son application , car ma cible est le marché africain.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*